Estomaqué

Heureusement il ya eu les mots du fils de Mireille Knoll. Et ceux de toutes celles et ceux qui ont condamné l’infamie du CRIF et son bras armé la LDJ.

Et les paroles calmes, dignes de Jean-Luc Mélenchon.

Il y a eu le courage de manifestants tentant de s’interposer, prenant eux aussi des coups de l’extrême droite de la LDJ.

Mais il y a aussi eu l’immense lâcheté de ceux qui ont laissé faire. Les ministres et députés, si nombreux à venir en tête de manifestation, qui ont tourné la tête lorsque les nervis de la LDJ ont attaqué d’autres députés. Les mêmes qui avaient applaudi Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée lors de son hommage républicain au gendarme Arnaud Beltrame ont laissé l’extrême droite haineuse sortir leurs collègues de la France Insoumise, sous les coups, les insultes racistes et homophobes, les crachats. Même certains dirigeants des associations antiracistes, avec qui nous luttons depuis des années, se sont tus.

Combien de journalistes ont répété à l’envie que Ni Le Pen Ni Mélenchon n’étaient les bienvenus.  Certains ont même pu titrer « Mélenchon et Le Pen ensemble… ».  Ceux là mêmes qui ont invité Le Pen sur tous les plateaux ces dernières semaines, pour faire la publicité à ses mémoires. Ceux qui se sont moqués quand des dirigeants de la France Insoumise se sont élevés contre la publication des écrits antisémites de Céline.

Une grande part de responsabilité incombe au Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb refusant hier matin de condamner les propos du Crif, laissant entendre que les militants de la France Insoumise étaient complices des racistes du PIR, alors même que nous refusons systématiquement de participer à des collectifs où ils sont présent, au contraire de quantités d’associations présentes dans le cortège hier. Il s’est cru heureux d’évoquer une « rédemption » nécessaire de la France insoumise, accréditant l’idée que ses députés n’étaient pas les bienvenus. En revanche il n’a rien dit sur le Front National, parti ayant d’anciens collaborateurs à sa fondation, et dont le dirigeant historique, Jean-Marie Le Pen, vient une fois de plus d’être condamné pour négationnisme.

Le ministre de l’intérieur devra rendre compte car il a permis à Marine Le Pen de revenir dans le cortège, encadrée par des policiers.

Le Président du CRIF porte une lourde responsabilité. Par sa polémique, il a sali la marche blanche. Son attitude à lui manipule la lutte contre l’antisémitisme en tentant de la confondre avec un soutien aveugle à la politique de l’État israëlien.

Enfin il y a la LDJ, qui revendique d’avoir expulsé la France Insoumise de la marche blanche tout en se satisfaisant d’avoir protégé le Front National. La LDJ a permis le retour de Marine Le Pen dans le cortège. Nous-nous souviendrons de cette coalition des extrêmes droites.

jean-luc-melenchon-clementine-autain-et-adrien-quatennens-lors-de-la-marchephoto AFP A. Jocard

Publicités

Merci de vos remarques, rédigées avec goût

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s