Le retour du Chanoine de Latran

Dans la tradition chrétienne, un Chanoine est un personnel laïc attaché au service de l’Église, dans le respect de la Règle (canonicus en latin). Alors que nombre de Présidents de la République – à l’exception récente de Nicolas Sarkozy – avaient renoncé à ce titre, Emmanuel Macron a accepté de recevoir le titre de Chanoine de Latran, dont l’origine remonte à Louis XI.

Ne croyons pas que cette distinction soit anecdotique. Elle signe les reliquats de l’Ancien

Baie_4_Louis_XI_(Notre-Dame,_Évreux)
Louis XI Premier Chanoine de Latran

régime au sein même des institutions de la République, dont le caractère laïque, quoique constitutionnel, reste le fruit d’un combat de tous les instants. Parce que le présidentialisme conserve les apanages d’une forme de monarchie – un seul être conduit la politique de la nation ! – tous les symboles attachés à sa personne et à sa fonction sont d’importance. Comme François Mitterand, et bien d’autres de droite, comme de gauche, croyants avoués ou non, dans l’exercice de sa fonction, Emmanuel Macron aurait dû décliner le titre. Il appartient à un autre âge, celui où la France – et pas la République – était la fille aînée de l’Église. Filiation tumultueuse à laquelle la République mit fin en proclamant les Droits de l’homme que l’Église a refuse en arguant que les êtres humains étaient des créatures de Dieu, qu’ils n’avaient donc pas de droits mais seulement des devoirs. Cette condamnation des droits de l’homme par l’Église a été une constante. Et si aujourd’hui elle peut faire mine de s’en réclamer, c’est dans la mesure où elle peut les opposer dans les pays où elle figure en dominée.

Le Président de la République française ne doit pas donner les signes d’une quelconque allégeance à un dogme religieux, quel qu’il soit. La Constitution de la République le rappelle en son article premier :

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. (…)

Sa laïcité implique la neutralité de l’État, et dans ce domaine le gouvernement d’Emmanuel Macron multiplie les entorses : son ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, n’hésite pas à quitter Paris en plein ouragan dans les antilles, et au lieu de coordonner les secours, il va écouter un sermon du Cardinal Barbarin dans la Basilique de Fourvière. Il appelle sans cesse à une reconnaissance des cultes, au lieu d’adopter le principe républicain de la neutralité.

La France Insoumise, dans son cahier thématique « laïcité » appelle au contraire à un renforcement du principe de laïcité :

« Nous interdirons la présence aux cérémonies religieuses de ministres,
préfet·te·s et maires dans l’exercice de leurs fonctions.
La Présidence de la République refusera définitivement le titre de « chanoine
de Latran ».
Publicités

Merci de vos remarques, rédigées avec goût

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s