Michel Onfray, Dandy réactionnaire plus que libertaire

Michel Onfray a pu pour nombre d’entre nous avoir un temps le visage d’un philosophe hétérodoxe, permettant même au grand public de se familiariser avec des doctrines peu connues. Sa contre-histoire de la philosophie a présenté des philosophes matérialistes en lieu et place du Panthéon idéaliste habituel.

Philosophie magazine 27/03/2007

Pourtant très vite il est apparu aussi comme une figure médiatique, jouant des bons mots, aux provocations à deux sous. Puis vint le moment de ses engagements politiques, à vrai dire prétextes à le maintenir dans l’arène. Pensez-vous ! Soutenir le trotskyste Besançenot, voilà une prise de guerre qui le fit venir sur maints plateaux de télé. Puis autant de plateaux pour dire finalement, à quelques semaines de la présidentielle, qu’il le rejetait, feignant de s’apercevoir que la tradition trotskyste était plus communiste que libertaire. Bel allez-retour sous les spots, du fait de la propension médiatique à mettre en avant ceux qui critiquent ceux qu’ils ont encensés. La paresse médiatique est à ce point partagée, qu’elle n’y vit que du feu quand il fit la même chose avec Jean-Luc Mélenchon, avec qui il avait pourtant évoqué de faire un livre : las il n’a pas eu à chercher très loin, reprenant les attaques de l’époque – le Tibet et Cuba à la place du plus récent Vénézuela.

Dès lors, l’opération « front populaire » sa nouvellerevue, on ne rie plus des saillies politiques de Michel Onfray. Sa création de Front populaire par laquelle il tente de rallier ceux que l’on appelle les « souverainistes des deux rives » est très inquiétante. Alors qu’il avait en effet salué les gilets-jaunes et pris leur défense contre toutes les gémonies auxquelles les plateaux de télé les vouaient, il risque finalement de les pousser dans les bras de l’extrême droite ! Les Gilets-Jaunes étaient partis de revendications matérielles certes parfois ambiguës, mais très vite ils se démarquèrent pour la plupart très nettement de l’extrême droite, qui elle se gardait bien de les soutenir officiellement pour faire l’apologie de la répression policière. Il a fallu des militant.e.s courageux, celles et ceux justement parmi les partisans du NPA ou de la France Insoumise, pour accompagner les revendications et les mobilisations, empêchant, parfois à leur risque physique, la récupération par les identitaires et fascistes de tous poils : par exemple à Toulouse, Paris, Lyon ils et elles ont fièrement tenu les tranchées. D’où les revendications pour plus de démocratie, de justice sociale et climatique qui ont marqué les mobilisations

« Éric Zemmour ? Un interlocuteur avec lequel ce qui faisait le génie français est encore possible »

D’où l’imposture criminelle de l’opération Michel Onfray. Il réécrit l’histoire en conviant les descendants de Pétain à venir travailler avec lui, n’hésitant pas à dire : « Éric Zemmour ? Un interlocuteur avec lequel ce qui faisait le génie français est encore possible. »1 Il ferait encore mieux de lire l’excellent ouvrage de Gérard Noiriel qui trace un parallélisme implacable entre Zemmour et Drumont, la plume de l’extrême droite française : Un poison français. On ne s’étonnera pas alors que Michel Onfray finisse par colporter les récits conspirationnistes sur le grand remplacement « Je pense que notre civilisation est en train de s’effacer, […] La démographie étant ce qu’elle est, la dénatalité des populations dites blanches en Europe et la surnatalité de populations originaires de l’immigration, il va falloir compter avec la communauté musulmane planétaire, avec la Turquie qui elle, est bien décidée à faire de telle sorte que l’Europe disparaisse. »2

« notre civilisation est en train de s’effacer » avec « la surnatalité de populations originaires de l’immigration« 

une connivence ancienne

Raison de plus pour mieux suivre les dérapages successifs de Michel Onfray, connus depuis longtemps. Michael Paraire avait déjà publié en 2013 Michel Onfray une imposture intellectuelle, dénonçant ses approximations philosophiques, historiques et politiques. L’historienne Élisabeth Roudinesco affirme que l’argumentation de Michel Onfray contre Freud « réhabilite le discours de l’extrême droite française ».3

Quelques points de repères sont donc nécessaires. Sur la philosophie de Michel Onfray, nous n’avons pas grand-chose à dire, si ce n’est relever la désinvolture avec laquelle il tente de comprendre les théories par la biographie. S’il se réfère sur ce point à Nietzsche – figure tutélaire dont il espère que l’aura retombera sur lui – Michael Paraire a bien montré qu’il renoue plutôt avec Sainte-Beuve et la « préhistoire du commentaire de texte ». Croire que l’on comprend une œuvre par la vie de l’auteur, qui plus est par un événement singulier comme invite à le penser Michel Onfray par son « concept » de Hapax, voilà qui relève des plus mauvais passages du Lagarde et Michard. Qui peut croire que la philosophie de Descartes se résume à ses rêves de 1619, ou le rousseauisme à sa visite à Diderot embastillé à Vincennes ? Le comique est à son comble quand il applique la formule de Brillat-Savarin à la philosophie : « dis moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es ? ». Il en conclut d’ailleurs au danger de Rousseau, végétarien, comme Saint-Just et … Hitler, réunissant d’un coup le sophisme anti végétarien et la reductio ad hitlerum. Prenant Eichmann l’organisateur de la solution finale au mot, plutôt que de démontrer – comme le fit Hannah Arendt que pourtant Onfray cite – que le logisticien Nazi n’a rien compris au kantisme, il conclut que l’obéissance au Führer serait analogue au respect de la loi morale pour Kant. Voilà qui insidieusement range les Lumières auprès du totalitarisme. Est-ce le soutien de Kant à la Révolution qui le révulse ?4 Sa prétendue méthode lui permet ainsi de ranger le fondateur du matérialisme historique, Marx, au rang… d’idéaliste. Est-ce cette méthode qui le conduit à critiquer la révolte de Greta Thumberg, non sur le fond – des articles plus sérieux l’ont fait – mais par la méthode la plus mesquine : l’âge et le physique : « Cette jeune fille arbore un visage de cyborg qui ignore l’émotion – ni sourire ni rire, ni étonnement ni stupéfaction, ni peine ni joie”, “Elle fait songer à ces poupées en silicone qui annoncent la fin de l’humain et l’avènement du posthumain”, “Elle a le visage, l’âge, le sexe et le corps d’un cyborg du troisième millénaire : son enveloppe est neutre. »5

Great Thumberg : « ni sourire ni rire, ni étonnement ni stupéfaction, ni peine ni joie » M. Onfray

Le plus décisif concernant le tournant réactionnaire de Michel Onfray reste indubitablement son rapport à l’histoire. Plus Dandy que Libertaire, il mène une bataille contre certaines figures de la gauche historique, qui ne déplairaient pas au Métronome de Loran Deutsch ou aux envolées larmoyantes de Stéphane Bern. Sur la Révolution Française il est le tenant des analyses réactionnaires, condamnant Saint-Just et Robespierre et faisant de Charlotte Corday, la meurtrière de L’ami du peuple Marat, une figure solaire. Michel Onfray n’est pas révolutionnaire, il a dit en 2003 :

« j’ai très précisément écrit que je n’adhérais absolument pas au projet révolutionnaire. »6

Ces éléments devraient éclairer celles et ceux qui ont encore l’impression que Michel Onfray appartient à la tradition des Lumières et de la gauche. Sa revue Front Populaire en organisant le dialogue avec l’extrême droite trahit des décennies de lutte anti-fasciste, et donne des arguments aux tenants du discours « contre tous les extrémistes » en faisant mine de rapprocher ceux qui s’opposent radicalement. Ces menées n’ont jamais bien fini. De débats en compromis, de concessions en accord, c’est toujours le fascisme qui l’emporte. Que ceux qui croient encore qu’Onfray soit de gauche n’y mettent ni les pieds ni la plume.

1https://www.lepoint.fr/politique/la-gauche-germanopratine-est-autant-de-gauche-que-le-pape-un-athee-forcene-06-06-2020-2378683_20.php

2https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Onfray#cite_note-163

3https://www.liberation.fr/societe/2010/04/17/onfray-rehabilite-un-discours-d-extreme-droite_621347

4cf. Kant révolutionnaire d’André Tosel, Puf

5https://www.lesinrocks.com/2019/07/25/actualite/societe/michel-onfray-se-dechaine-sur-greta-thunberg-twitter-lui-repond/

6Cité par Michael Paraire, op. cit. p. 54

Merci de vos remarques, rédigées avec goût

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s